4Ltrophy

Notre vieux machin en détail

By juin 25, 2018 No Comments

Le 25 Mai 2018, 2h20 de route depuis Saint-Omer, de l’excitation à ne plus savoir quoi en faire, les instructions du GPS qui devenaient de plus en plus pesantes… et puis au détour d’un virage, tu étais là, tu nous attendais. Voilà qui introduit notre état d’esprit, notre excitation lors de ce débarquement dans la somme à la recherche de notre bolide.
C’est à cette date que nous avons rencontré notre vieux machin. En effet, elle a tout de suite su nous convaincre et surtout nous séduire par son aspect rustique mais brut. On sentait qu’elle était déjà prête pour partir à l’aventure à l’aventure.

Premier test, presque 120km pour rentrer au bercail, avec une partie de nuit. Ce fut un succès ! Rien à redire, elle démarre au quart de tour, ne chauffe pas, prend les 80km /h sans rechigner et arrive à utiliser ses feux comme une grande ! On savait qu’elle était brave mais de la nous faire le trajet d’une traite sans caprice…

 

Une 4L bien saine !

Depuis son retour, on a procédé à un check-up pour en connaitre un peu plus sur son état et sur son histoire. Mécaniquement, rien à réduire, 2-3 filtres à changer, une vidange avant le départ et hop elle est prête ! Les organes principaux fonctionnent tous sans problème, le châssis est hyper sein, le reste c’est que de l’esthétique !

D’ailleurs parlons-en de son esthétique, nous savions que la voiture appartenait à un fermier du coin qui l’avait repeinte (au pinceau surement au vu des traces de coulures…) en marron ! Lui effaçant son bleu d’origine ! D’ailleurs ce dernier peut nous faire penser qu’il s’agissait d’une voiture appartenant à France télécom. En effet la couleur de ces dernières à l’époque était identique !

Autrement dit, notre vieux brisquard est une très bonne base pour notre aventure. Cependant, une petite préparation sera tout de même nécessaire. L’installation d’une plaque de protection, d’un ventilateur additionnel, des changements de silentblocs arrière et d’un renfort du train arrière seront nécessaire. Autrement dit, des broutilles pour une guerre comme elle !